Comment la police peut ruiner votre campagne e-mailing… et votre vie !


 

Newsletter et e-mailing

Enfin, votre vie peut-être pas, mais les résultats de votre campagne e-mailing, certainement ! En fait de police, c’est bien évidemment de police de caractères dont nous parlons.

Vous êtes-vous posé la question de la typo à employer dans votre e-newsletter ou les courriels de votre dernière campagne d’emailing ? Sans aucun doute. Et votre conclusion vous a certainement amené à employer une police Sans Serif telle que Helvetica ou Arial. Parce que plus modernes, plus lisibles… plus quoi ! Et si vous aviez tout faux !

Le site Bloomberg Business a récemment publié une étude sur les polices de caractères les plus couramment utilisés dans les mails… Et ses résultats sont étonnants, à contre-courant de bien des idées reçues !

D’une manière générale, les polices Sans Serif sont les préférées de la plupart messageries mail, qui, quand elles ne choisissent pas Helvetica par défaut, proposent la plupart du temps Arial ! Et quand ce ne sont pas une de ces deux polices qui sont proposées, on se hâte d’en choisir une des deux « parce que ça fait moderne »… Enfin Arial surtout !

On le sait,  Helvetica, la police préférée des marques et des nerds de la typographie (vous savez les types qui passent leurs journées, et leurs nuits, à dessiner et décortiquer des polices de caractères !) pour sa neutralité. Et pourtant, son uniformité et le manque d’espacement rend difficile à lire les longs paragraphes de textes. « Les lettres sont trop rapprochées. Cela fait trop serré » a déclaré Nadine Chahine, typo-designer chez Monotype et l’une des papesses de la spécialité.

DES FORMES DE LETTRES AMBIGUËS !

Arial et Helvetica ont ce que les concepteurs appellent des formes de lettres « ambiguës » qui font qu’il est difficile d’analyser correctement beaucoup de mots dans une rangée. « Ainsi, b, d, p et q, ont des formes que tous les enfants ont toujours beaucoup de mal à dessiner correctement. Ce sont des formes symétriques les unes des autres », a déclaré Bruno Maag, créateur helvète (ça ne s’invente pas !) de la police qui porte son nom. « Cette caractéristique est très présente dans une police comme Arial, où les formes sont littéralement dessinées en miroir ! »

Voyez comme le b et d semblent se répondre en miroir dans l’image ci-dessous, et comment l’espace entre le h et le e en Helvetica est légèrement plus grand qu’i ne l’est entre le t et le r. Cela peut apparaître comme de subtiles nuances, mais ces deux particularités font que les mots sont plus difficiles à lire quand ils sont entourés de grandes quantités de texte, ou quand vous lisez beaucoup d’emails.

Newsletter et e-mailing

Et vous êtes sans doute de ceux-là. Dans la plupart des métiers, les gens passent près d’un tiers de leur semaine de travail à vérifier et lire leurs emails ! Pour un cadre, c’est plus d’une dizaine d’heures par semaine à décrypter des emails écrits dans des polices de caractères qui fatiguent les yeux !

Les programmes de messagerie mail, comme Gmail ou Outlook, ont tendance à favoriser les polices Sans Serif, dans lequel les lettres n’ont pas de « traits » à leurs extrémités (des lettres-bâtons quoi !), comme Helvetica, Arial, et par défaut pour Microsoft Outlook, Calibri.

LAISSEZ TOMBER HELVETICA ET ARIAL !

Jusqu’à récemment, la plupart des écrans d’ordinateurs n’avaient pas de haute résolution. Dans cet environnement-là, les polices les plus simples, sans beaucoup de détails ni empattements comme en ont les polices Serif, rendaient la lecture plus aisée. Mais depuis 4 ou 5 ans, la résolution des écrans a considérablement augmenté de sorte que les lettres apparaissent avec un espacement et des séparations très nets, sans effets de dégradés. De fait, plus personne ne devrait employer aujourd’hui des polices Sans Serif dans les emails !

« L’argument selon lequel une police Serif est trop tarabiscoté n’a plus cours, » a ajouté Bruno Maag. « Vous devriez exiger une police où les formes des lettres ne sont pas ambiguës. » Les polices Serif, en raison du trait supplémentaire ajouté aux extrémités de chaque caractère, ont cette qualité. Un exemple avec la Police Serif Georgia ci-dessous, qui donne à chaque lettre un caractère particulier.

Newsletter et e-mailing

La clé d’une bonne police est la lisibilité, c’est-à-dire la combinaison entre vitesse de lecture, compréhension, confort, et une certaine forme d’empathie ! La façon dont les lettres sont formées, les espaces entre eux, et les espaces dans les lettres elles-mêmes, tout cela va déterminer la lisibilité d’un texte.

 

Aujourd’hui donc, les utilisateurs de messagerie ne devraient pas soumettre à leur vision les formes des lettres de Helvetica ou Arial. Les préférences de Gmail offrent ainsi six polices supplémentaires et permettent de personnaliser la largeur des lettres.

Les font designers anglo-saxons interrogés par Bloomberg Business ont désigné comme « polices préférées » Verdana (sans serif) ou Georgia (serif), qui ont toutes deux des formes plus «ouvertes» que  Helvetica et ArialVerdana, comme vous pouvez le voir ci-dessous, a de plus un espacement plus conséquent entre les lettres.

Newsletter et e-mailing

Il est sans doute temps pour les utilisateurs de messagerie de modifier leurs paramètres par défaut. Surtout lorsque la bonne compréhension des emails envoyés est primordiale pour la réussite d’une campagne calculée en taux d’ouverture ou de clics après lecture ! Alors, VERDANA ou GEORGIA ?

Laissez un commentaire